Flouter un arrière plan sur Photoshop

contour-flou-photoshopRendre flou le fond d’une photo peut être utile pour lui donner un effet esthétique, mettre en valeur l’élément du premier plan ou tout simplement pour masquer certains détails de l’arrière-plan.

En plus, avec les méthodes instagram, et les potentiels qu’on retrouve sur les derniers iphone en terme de Photo, il ne vous reste plus qu’à vous mettre au travail! C’est plus long, mais à partir d’une photo prise dans de bonnes conditions, l’effet est garanti.

La première méthode consiste à utiliser les sélections.

    1. Tout d’abord, comme dans toute action sur photoshop, il faut ouvrir votre document !
    2. Choisissez l’outil « Sélection rapide », situé dans la barre d’outils à gauche de votre écran, ou appuyez sur la lettre « W » (raccourcis). Lors de votre sélection, vous pourrez modifier l’épaisseur de votre cible.
      Vous pouvez également choisir l’outil « Lassot » (L), ou « Lassot magnétique ». Si vous choisissez celui-ci, pensez à paramétrez le « Contour et progressif » en fonction des caractéristiques de votre photo. Plus la qualité de votre photo est importante, plus votre contour progressif devra l’être (compter environ 10px par tranche de 150 dpi).
    3. Sélectionner ensuite la partie que vous voulez mettre en avant avec l’un de ces outils. Une fois votre sélection effectuée, allez dans « Sélection » situé dans le menu en haut de votre écran, puis « Intervertir ». Toute votre photo est alors sélectionnée.

  1. Allez dans le menu « Filtre », puis « Atténuation », et pour finir, ch
  2. oisissez le « Flou gaussien… ». Une fenêtre s’ouvre alors. A vous de régler vos
  3. paramètres en fonction de ce que vous souhaitez obtenir. Cliquez sur Ok pour valider vos réglages. Puis désélectionnez vos zones en appuyant sur les touches suivantes : [Ctrl + D].

Une autre façon d’obtenir un flou d’arrière plan est possible, par la duplication des calques.

  1. Commencez par dupliquer votre calque (clic droit sur le calque d’arrière plan, ou Ctrl J).
  2. Allez dans le menu « Filtre », puis « Atténuation », et pour finir choisissez le « Flou gaussien… ». Augmentez le nombre de pixels pour flouter votre image comme vous le souhaitez.
  3. Créez un « Masque de fusion » cliquez sur l’outil situé dans la barre du menu calque, en bas à droite de votre écran. Une vignette apparaît à coté de votre calque, sélectionnez-la. Vérifiez la couleur de votre premier plan, il faut qu’elle soit de couleur noire (      ).
  4. A la suite de cela, sélectionnez l’outil Pinceau (B), puis choisissez la forme et l’épaisseur de celui-ci en fonction des caractéristiques de votre document. Passez l’outil sur les zones à modifier. Vous pourrez masquer votre calque d’arrière plan, afin d’être plus précis dans votre manipulation, en cliquant sur l’icône « Œil ».
  5. Une fois votre travail réalisé, il ne vous reste plus qu’à aplatir vos calques afin de les réunir. Pour cela, faites un clic droit sur l’un des calques et sélectionnez « Aplatir l’image ». Votre photo est alors modifiée.

Ces effets sont appréciés, mais il faut les utiliser avec discrétion. Trop d’effets tuent l’effet, nous ne le disons jamais assez!

Les scripts d’action sous Illustrator

scripts d'action sous Illustrator

Les scripts d’action sous Illustrator ont la même fonction que sur Photoshop. A savoir, automatiser l’exécution d’une série d’actions.

Depuis le menu Fenêtre de votre menu illustrator, ouvrez le panneau Script d’action.

scripts d'action sous IllustratorPar défaut, figure déjà un ensemble de scripts d’action proposés par Adobe. Pour les tester, sélectionnez-en un, puis en bas à droite du panneau, cliquer sur le troisième bouton en partant de la gauche.

Les boutons de gauche à droite:

  1. Arrêter l’exécution/l’enregistrement, permet de d’interrompre l’exécution d’un script ou bien d’interrompre l’enregistrement d’un script.
  2. Lancer l’enregistrement. Ce bouton est automatique activé lors de la création d’un nouveau script. Il permet également d’ajouter d’enregistrer de nouvelles actions à un script.
  3. Exécuter la sélection en cours, permet de lancer le script sélectionné dans le panneau.
  4. Créer un nouvel ensemble, permet de regrouper les scripts dans un sous-ensemble (ou dossier).
  5. Créer un nouveau script. Comme son nom l’indique, c’est sur ce bouton qu’il faudra cliquer pour créer un nouveau script.
  6. Supprimer la sélection, permet de supprimer un script. Une boîte de dialogue demandera la confirmation avant la suppression définitive.

Créer un nouveau script pour automatiser votre tâche illustrator

Pour créer un nouveau script, il suffit de cliquer sur le bouton Créer un nouveau script. La boîte de dialogue ci-dessous apparaît

scripts d'action sous IllustratorDans le champ Nom renseignez un nom pour votre script, quant au menu déroulant Ensemble il permet de classer immédiatement votre script dans un sous-ensemble.

La touche fonction permet de lancer le script par le billet d’un raccourci clavier. Cette fonction est optionnelle car par défaut les scripts se lancent depuis le panneau Scripts d’actions.

Enfin Couleur, permet de changer la couleur de fond du bouton du script. Pour voir le résultat le Mode Bouton doit être activé: Menu du panneau -> Mode Bouton.

Cliquez sur le bouton Enregistrer pour commencer l’enregistrement du script.

Ajouter une commande de menu non enregistrable

Il n’aura échappé à personne que certaines commandes telles que, les effets, le crayon ou même le dégradé de couleurs ne s’enregistrent pas dans le script d’action sous Illustrator.

Pour les ajouter, allez dans le menu du panneau puis dans Insérer une commande. Exécuter la commande désirée sans tenir compte de la boîte de dialogue (le champ recherche se complète automatiquement). Cliquer sur OK pour valider.

Donner un effet de mouvement sur une voiture en action avec Photoshop

Cet effet sera possible avec l’outil Pièce (J) et son option Contenu pris en compte. Il faudra créer un calque par roue, deux calques pour le flou de la voiture, et deux calques pour le flou de l’arrière plan.

Postioner les effets de flou sur les bons endroits de la voiture pour créer le mouvement

Pour commencer, ouvrez votre document et dupliquez celui-ci.

Appliquez directement à votre photo le Flou directionnel : Filtre / Atténuation / Flou directionnel. Modifiez l’angle, en fonction du flou que vous souhaitez obtenir.

Après avoir masqué le calque dupliqué, sélectionnez le calque d’arrière plan, et choisissez l’outil Ellipse de sélection pour sélectionner le contour des roues. Pour chaque roue, vous devrez faire la même manipulation, à savoir : une fois le contour des roues sélectionné, allez dans le menu Sélection, puis Modifier, et choisissez le paramètre « Contour progressif » avec une valeur d’environ 3 pixels.

Pour copier le contenu de la sélection, et donc créer un calque pour chaque élément, faites [Ctrl+J]. A partir de ce calque dupliqué, appliquez-lui le Flou radial afin d’apporter un mouvement de rotation aux roues. Vous trouverez ce réglage dans le menu Filtre / Atténuation.

Pour sélectionner la forme de la roue plus précisément avec l’outil « Ellipse de sélection », utilisez le paramètre « Transformer la sélection » dans le menu Sélection. Vous pourrez alors améliorer le contour de la sélection de la roue.

Ensuite, créez un Masque de fusion (situé en bas du panneau calque), tout en maintenant enfoncée la touche [Alt] afin de créer un fond noir. Sélectionnez l’outil Pinceau (B), et mettez le blanc en couleur de premier plan, et le noir en arrière plan. Puis passez l’outil sur votre photo. Vous pouvez à tout moment repasser votre outil afin d’effacer le flou appliqué par erreur. Pour cela, il vous suffit juste d’inverser les couleurs de premier et arrière plan.

Une autre façon est possible avec l’outil Sélection rapide, afin de détourer la voiture.

Utilisation de l’outil de dilatation sur Photoshop, pour créer un dynamisme plus globale, ça marche aussi!

Il faudra alors copier la sélection [Ctrl+J], convertir le calque en objet dynamique, puis le dupliquer à nouveau.

Vous récupérerez la sélection du détourage, et en allant dans le menu Sélection puis Modifier, vous choisirez le paramètre Dilater (avec une valeur d’environ 10 pixels).

Vous retournerez de nouveau sur le calque d’arrière plan, puis dans le menu Edition, vous sélectionnerez le paramètre Remplir, avec l’option « Contenu pris en compte ». il ne vous restera plus qu’à convertir le calque en objet dynamique et à la dupliquer.

La différence entre les pixels et les vecteurs, différence fondamentale entre illustrator et photoshop

 

Différence entre illustrator et photoshopPour comprendre les différences entre une image pixélisée et une image vectorisée, nous allons pour commencer vous donner la définition de chacun de ces mots.

Une définition pour comprendre la différence entre Photoshop et Illustrator.

Définition d’un pixel avec orientation photoshop

Un pixel est un des plus petits éléments d’une image et est souvent approximativement rectangulaire, voir parfois carré et comporte des informations de couleurs.

Pouvant être abrégé px ou p, ce terme provient d’une expression anglaise « Picture element » qui signifie élément d’image.

Ces points, appelés donc pixels, assemblés les uns aux autres constituent alors l’image finale, appelée image matricielle et leurs nombres caractérisent la définition de cette même image. Plus le nombre de pixels est important, plus la qualité de votre image n’en sera que meilleure.

Définition d’un vecteur avec orientation illustrator

Un vecteur est un terme, une formule mathématique qui représente un segment avec un point d’origine et un point final et qui comporte des caractéristiques tels que l’épaisseur, la couleur, la forme, etc.

Une image vectorielle est donc composée essentiellement de formes géométriques individuelles pouvant subir différentes transformations.

Illustrator étant un logiciel de création graphique vectoriel, il est principalement utilisé pour créer des logos, affiches, flyers, illustrations, etc, et son avantage en utilisant donc des images vectorielles est qu’on pourra agrandir ces mêmes images autant qu’on le souhaite, pour les insérer dans différents formats de documents ou supports, ces images seront toujours de bonne qualité contrairement aux images pixélisées qui deviendront de plus en plus floues au fur et à mesure de l’agrandissement. Nous n’avons plus ces notions de résolution et de définition propres aux images pixélisées.

Pour résumer, vous pourrez par exemple aussi bien insérer le logo que vous avez crée sur Illustrator sur une carte de visite ou sur un panneau publicitaire de 7 mètres par 3 mètres sans perdre la moindre qualité de votre image originale.

Une image vectorielle pourra également subir facilement des transformations géométriques sans aucune perte de qualité alors qu’une image faite de pixels pourra elle aussi être transformée mais perdra rapidement en perte d’information, ce qu’on nomme la distorsion.

Un autre avantage en travaillant avec des images en mode vecteur est que l’on défini une image avec très peu d’information ce qui permet de gagner considérablement en poids de fichier, contrairement à une image en mode pixels qui elle, plus elle sera grande, plus le fichier sera lourd.

Par contre, travailler en mode vecteurs permet uniquement de créer des images simples, même si superposant plusieurs éléments nous pouvons arriver à des images assez élaborées mais une photo réaliste comme la photo d’un paysage par exemple ne pourra pas être crée dans ce mode, le nombre de détails étant trop importants.

Mélanger les tracés pour obtenir un objet unique sur Illustrator.

Lorsque vous dessinez quelque chose sur illustrator, avec la plume, vous utilisez plusieurs tracés, ce qui impose par la suite, pour pouvoir jouer avec les couleurs et les remplissages, de les associer.

Pour associer différents tracés sur Illustrator, il faut utiliser Pathfinder. Cette fonction vous permettra de travailler sur des assemblages de formes ou de tracés (si on part du principe qu’une forme est un tracé dans lequel on a un fond).

assemblage de tracé sur illustrator

Sur l’image précédente, nous avons établis deux tracés (deux formes vides)

Mais si nous souhaitons les remplir d’une même matière en une seul opération pour qu’il s’agisse d’une forme unique, on va devoir utiliser pathfinder.

Pour accéder à pathfinder : Allez dans les le menu Fenêtre > Pathfinder

utiliser le pathfinder sur illustratorVous aurez alors la fenêtre suivante qui va s’ouvrir à vous.

Vous pourrez voir alors comment utiliser les modes de la forme, et les pathfinders, bien pratiques pour faire de l’assemblage de deux formes.

Il faut donc sélectionner vos deux formes, l’une après l’autre mais en appuyant sur la touche CTRL (ou CMD pour mac) de votre clavier. Vous pouvez également utiliser l’outil sélection de votre barre d’outils (flèche noire) pour encadrer les deux formes, ce qui aura pour effet de sélectionner les deux formes.

A partir de là vous pouvez appliquer les différents modes de transformation de formes:

  • La réunion des formes
  • La soustraction
  • L’intersection
  • L’exclusion

Ces 4 modes vous permettront de réunir de différentes façon, les formes pré-existantes.

Ce mode de travail est pratique et permet au remplissage de créer des logos assez facilement, ou de reproduire des formes un peu compliqué à créer d’un simple coup de crayon ou de plume sur illustrator!

Insérez une couleur dans une forme

 

Vous pouvez alors voir qu’il ne reste qu’à colorier le contenu en un clic, puisqu’avec cette assemblage, les deux formes sont désormais considérées comme une seule forme.

Le pathfinder : Un utilitaire équivalent, permettant de travailler le tracé de la forme de différentes façon.

L’avantage de cet outil, c’est de pouvoir créer des formes à partir de deux objets, à la condition que ces derniers se chevauchent.

effet-pathfinder

Très pratique donc pour intégrer des fond dans de nouvelles formes. Au delà de l’application que l’on voit en formation, nous expliquons qu’il s’agit aussi d’un bon moyen d’appliquer des effets uniformes sur plusieurs objets développés.

Exporter un document inDesign en HTML

Exporter un document inDesign en HTML-1

Exporter un document inDesing en HTML est une fonction peu connue car beaucoup d’utilisateurs se sont heurtés à la question suivante : mais pourquoi il n’y a que des balises <p> dans mon fichier HTML ?

 1. Le formatage du texte

Tout le secret réside dans le formatage du texte. En effet, par défaut, inDesign formate tout le texte comme du paragraphe. C’est pour cette raison qu’à l’export il y est cette multitude de balises <p></p>.

Dans l’exemple ci-dessous, se trouvent deux titres. L’objectif est de formater le premier en tant que titre de niveau 1 et le second en un titre de niveau 2 avec une class nommée « toto » :

Titre de niveau 1

Titre de niveau 2

Sélectionnez le titre de niveau 1, puis allez dans Fenêtre -> Style -> styles de paragraphe (ou F11) pour faire apparaitre la palette ci-dessous.

Exporter un document inDesign en HTML Par défaut, elle ne contient que le style paragraphe standard. Cliquez sur le bouton Créer un nouveau style (à droite du bouton corbeille). Un nouveau style appelé Style de paragraphe 1 est créé. Faite un double-clique dessus.

Dans la boîte de dialogue Option de style de paragraphe, rendez-vous à présent dans l’onglet Exportation du balisage (le dernier de la liste), puis renommez le style. Dans cet exemple ça sera H1.

Dans le menu déroulant Balise sélectionnez h1. Cliquer sur OK pour valider.

Sélectionnez à présent le titre de niveau 2, puis créer lui un nouveau style. Dans le menu déroulant Balise sélectionnez h2 et dans le champ Class tapez toto. Cliquer sur OK pour valider.

2. L’export pour le Web

Allez dans le menu Fichier -> Exporter… et dans le menu déroulant Type, sélectionnez HTML. Cliquer sur Enregistrer pour valider.

Une nouvelle boite de dialogue appelé Option d’exportation XHTML propose une série de paramètres. Dans notre exemple, il faut juste s’assurer que dans l’onglet Avancé soit bien coché CSS incorporé, sans cela, inDesign se contente d’exporter notre document avec les balises H1 et H2 sans prendre en considération la mise en forme telle que la couleur et la taille du texte ainsi que les class.

Nota : si des images figures dans votre document et qu’elles doivent être elles aussi exportées dans le fichier HTML, allez dans l’onglet Image et changez la résolution qui doit être de 150ppp à 75ppp. Pour le Web 75ppp est amplement suffisant.

Changer l’opacité d’une image grâce aux CSS.

transparence cssIl faut d’abord prévoir des images au format et j’ai totalement pack sachant qu’ensuite on pourra appliquer la propriété CSS opacity pour ajuster la transparence directement sur ces mêmes images. Ainsi plus besoin de prévoir différentes images format PSG en fonction des pages il suffira d’appliquer une règle CSS pour pouvoir changer l’opacité d’une image.

Ce qu’on fait avant tout c’est gagner du temps. Car au-delà de bien de temps on peut en plus faire varier le degré de transparence de façon extrêmement précises en jouant sur les états : hover, : focus, :active sans avoir à créer un bon nombre d’images, ce qui allège évidemment la page, et permet donc de gagner en chargement, en vitesse et donc en référencement de cette page. On sait que le référencement d’un page Google se fait sur ce critère et que l’optimisation du temps de chargement des images et primordiale.

Ainsi, il suffira d’appliquer l’image de base et avec les différents applicatifs ajustés avec opacity, le gain de temps est évident.

La condition pour que cela se voit, c’est évidement de travailler sur une image en png, car une image en jpeg, verra l’application de la règle CSS sur l’ensemble de l’image alors que le png n’aura pas de fond. Ce balisage fonctionne également pour le format gif.

Un conseil rapide cependant, préférer une exportation de votre image en png 24, la qualité en sera bien meilleure.

Insérez un tableau sur un page indesign CS6 – CC.

L’intégration d’un tableau sur indesign est assez simple, mais la procédure n’est pas directe.

Il faut d’abord démarrer par l’intégration d’une zone de texte que vous délimiterez sur une ou plusieurs colonnes.

Une fois cette zone de texte intégrée, il faut cliquez avec l’outil texte, puis allez dans le menu tableau.

Cliquez sur le menu “insérez un tableau” et vous verrez alors une fenêtre apparaître, dans laquelle vous pourrez choisir les dimensions du tableau:

  • Lignes de corps.
  • Nombre de colonnes
  • Lignes d’en têtes
  • Lignes de pied de tableau.

Il vous suffira ensuite valider avec le bouton ok pour que le tableau s’insère directement dans votre feuille indesign.

Vous pourrez également faire un copier coller directement à partir d’un tableau excel pour l’intégrer dans votre feuille indesign.

Pour cela, en parallèle, ouvrez Excel, et faite un copier coller de la zone du tableau que vous souhaitez reproduire.

Posez votre souris sur la première case du tableau précédemment réaliser (pas besoin d’avoir un nombre précis de ligne ou de colonne, puisqu’en cas de dépassement, indesign s’ajustera à votre besoin) et faites un copier coller.

Vous aurez alors votre tableau intégré dans votre feuille indesign.

 

Ecrire un texte doré ou avec un effet d’or en utilisant Photoshop CS6

C’est certainement l’effet de texte le plus demandé et le plus voulu, même si la mode du flat design utilisé dans le web marginalise ce type d’effets. Bref, ce qu’il y a d’intéressant dans le fait de faire un texte en or sur photoshop, c’est le procédé et les effets de calques utilisés.

  • Pour commencer, ouvrez un nouveau document. Vous pouvez choisir de l’ouvrir avec un arrière plan transparent, ou de couleur blanche (par défaut).

Si votre arrière plan est blanc, le mieux est de le changer en noir.

  • Sélectionnez l’outil Texte (T), puis saisissez votre texte.

Un calque Texte se créé automatiquement. Cliquez deux fois sur celui-ci ou allez dans le menu Calque, sélectionnez « Style de calque » et choisissez « Option de fusion », ou encore, faites un clic droit sur votre calque et sélectionnez cette option.

Une fenêtre s’ouvre alors.

  • A partir de celle-ci, allez dans « Biseautage et estampage », des réglages vous sont donc proposés. Augmentez la taille de quelques pixels (5 px), en fonction de votre image. Vous pouvez tester ces réglages jusqu’à l’obtention d’un résultat satisfaisant. Puis validez.
  • Ensuite, ajoutez un calque de réglage « Teinte/Saturation ». Une nouvelle fenêtre apparaît.
  • Cochez la case « Redéfinir », en bas de ce menu.
  • Pour le réglage Teinte mettez votre curseur sur le Jaune, augmentez fortement le réglage Saturation, puis diminuez le réglage Luminosité. Voici un exemple :

Vous obtiendrez alors votre texte de couleur or.

  • Fusionnez vos calques, pour cela, allez dans le menu Calque, puis sélectionnez « Fusionner les calques visibles ».
  • Enregistrez le tout.

Vous avez alors votre effet texte, utilisable sans problème dans tout fichier si vous l’enregistrez bien en format png.

Importer et modifier une image sur Indesign

Plusieurs façons existent pour insérer et modifier une photo sur un document Indesign, voilà les principales fonctions qui vous permettront de le faire.

Pour importer votre photo sur votre document, allez dans le menu « Fichier – Importer », puis sélectionnez-la à partir de votre ordinateur.

Vous pouvez donc la placez directement sur votre document. Votre photo sera alors de dimension réelle, il sera alors nécessaire de la recadrer.

Ou alors vous pourrez créer un bloc rectangulaire (F) préalablement. Il vous suffira juste de la placer dans celui-ci. Vous trouverez cet outil dans la barre située à gauche de votre écran.

Votre photo importée apparaît alors dans un cadre bleu, composé de 8 petits carrés vous permettant de la redimensionner ou de la recadrer. Attention, le cadre bleu est le cadre de l’image et non l’image, à ne pas mélanger, mais vous pourrez vous en rendre compte lorsque vous ferez la modification.

L’outil sélection vous permettra de déplacer votre photo sur votre document.

Ce cadre orange/marron vous permettra de modifier directement la taille de votre image. Pour obtenir cet outil plus rapidement, cliquez sur l’icône dans la barre d’outils à votre gauche.

Vous pourrez ensuite adapter le cadre bleu au contour de votre image.

En sélectionnant votre image, une barre de réglage apparaît, afin d’apporter quelques modifications à celle-ci.

Vous pourrez alors zoomer ou dézommer votre photo, lui faire des inclinaisons avec l’outil « rotation ».
Les fonctionnalités d’Indesign CS3 permettent aussi d’apporter des contours au bloc de votre image, des effets de transparence, ombre portée etc… Vous les trouverez en cliquant sur l’icône « fx ». Vous avez également la possibilité de positionner votre image en fonction du texte. Vous trouverez toutes ces fonctionnalités dans la barre ci-dessus.