Blanchir des dents sur une photo avec Photoshop

Comment avoir les dents plus blanches avec Photoshop ?

Vous souhaitez blanchir vos dents et donc avoir un sourire plus éclatant, les fonctionnalités de Photoshop le permettent. Pour cela, ils existent plusieurs manières de l’obtenir.

Avec l’outil Eponge

Modifie la saturation : réduction ou augmentation de l’intensité.

Deux modes d’utilisation se distinguent : Saturation ou Désaturation. Vous les trouverez dans la barre d’option (clic droit sur l’icône) de cet outil, située à votre gauche. Pour passer de l’un à l’autre sur votre clavier : [Shift + ou Shift –].

Pour blanchir vos dents, prenez l’outil Eponge en mode Désaturation. Vous supprimerez alors l’éventuelle coloration jaune. Ensuite, utilisez l’outil Densité (du menu option de l’outil Eponge) pour les blanchir.

Avec les réglages Teinte/Saturation

Commencez par sélectionner la partie de votre image à modifier.
Avec l’outil Lassot ou l’outil Sélection rapide .

Votre partie est sélectionnée. Allez dans le menu « Image » en haut de votre écran, puis « Réglage » et sélectionnez Teinte/Saturation.

Choisissez la couleur Jaune.

A vous de régler les paramètres en fonction des résultats que vous souhaitez obtenir.

Conseil pratique pour jouer sur la saturation

Diminuez la Saturation, puis Augmentez la Luminosité. Le résultat sera plutôt satisfaisant pour le blanchissement de vos dents.

A vous de choisir la manière qui vous semble la meilleure pour vos dents.

La différence entre les pixels et les vecteurs, différence fondamentale entre illustrator et photoshop

 

Différence entre illustrator et photoshopPour comprendre les différences entre une image pixélisée et une image vectorisée, nous allons pour commencer vous donner la définition de chacun de ces mots.

Une définition pour comprendre la différence entre Photoshop et Illustrator.

Définition d’un pixel avec orientation photoshop

Un pixel est un des plus petits éléments d’une image et est souvent approximativement rectangulaire, voir parfois carré et comporte des informations de couleurs.

Pouvant être abrégé px ou p, ce terme provient d’une expression anglaise « Picture element » qui signifie élément d’image.

Ces points, appelés donc pixels, assemblés les uns aux autres constituent alors l’image finale, appelée image matricielle et leurs nombres caractérisent la définition de cette même image. Plus le nombre de pixels est important, plus la qualité de votre image n’en sera que meilleure.

Définition d’un vecteur avec orientation illustrator

Un vecteur est un terme, une formule mathématique qui représente un segment avec un point d’origine et un point final et qui comporte des caractéristiques tels que l’épaisseur, la couleur, la forme, etc.

Une image vectorielle est donc composée essentiellement de formes géométriques individuelles pouvant subir différentes transformations.

Illustrator étant un logiciel de création graphique vectoriel, il est principalement utilisé pour créer des logos, affiches, flyers, illustrations, etc, et son avantage en utilisant donc des images vectorielles est qu’on pourra agrandir ces mêmes images autant qu’on le souhaite, pour les insérer dans différents formats de documents ou supports, ces images seront toujours de bonne qualité contrairement aux images pixélisées qui deviendront de plus en plus floues au fur et à mesure de l’agrandissement. Nous n’avons plus ces notions de résolution et de définition propres aux images pixélisées.

Pour résumer, vous pourrez par exemple aussi bien insérer le logo que vous avez crée sur Illustrator sur une carte de visite ou sur un panneau publicitaire de 7 mètres par 3 mètres sans perdre la moindre qualité de votre image originale.

Une image vectorielle pourra également subir facilement des transformations géométriques sans aucune perte de qualité alors qu’une image faite de pixels pourra elle aussi être transformée mais perdra rapidement en perte d’information, ce qu’on nomme la distorsion.

Un autre avantage en travaillant avec des images en mode vecteur est que l’on défini une image avec très peu d’information ce qui permet de gagner considérablement en poids de fichier, contrairement à une image en mode pixels qui elle, plus elle sera grande, plus le fichier sera lourd.

Par contre, travailler en mode vecteurs permet uniquement de créer des images simples, même si superposant plusieurs éléments nous pouvons arriver à des images assez élaborées mais une photo réaliste comme la photo d’un paysage par exemple ne pourra pas être crée dans ce mode, le nombre de détails étant trop importants.

Exporter un document inDesign en HTML

Exporter un document inDesign en HTML-1

Exporter un document inDesing en HTML est une fonction peu connue car beaucoup d’utilisateurs se sont heurtés à la question suivante : mais pourquoi il n’y a que des balises <p> dans mon fichier HTML ?

 1. Le formatage du texte

Tout le secret réside dans le formatage du texte. En effet, par défaut, inDesign formate tout le texte comme du paragraphe. C’est pour cette raison qu’à l’export il y est cette multitude de balises <p></p>.

Dans l’exemple ci-dessous, se trouvent deux titres. L’objectif est de formater le premier en tant que titre de niveau 1 et le second en un titre de niveau 2 avec une class nommée « toto » :

Titre de niveau 1

Titre de niveau 2

Sélectionnez le titre de niveau 1, puis allez dans Fenêtre -> Style -> styles de paragraphe (ou F11) pour faire apparaitre la palette ci-dessous.

Exporter un document inDesign en HTML Par défaut, elle ne contient que le style paragraphe standard. Cliquez sur le bouton Créer un nouveau style (à droite du bouton corbeille). Un nouveau style appelé Style de paragraphe 1 est créé. Faite un double-clique dessus.

Dans la boîte de dialogue Option de style de paragraphe, rendez-vous à présent dans l’onglet Exportation du balisage (le dernier de la liste), puis renommez le style. Dans cet exemple ça sera H1.

Dans le menu déroulant Balise sélectionnez h1. Cliquer sur OK pour valider.

Sélectionnez à présent le titre de niveau 2, puis créer lui un nouveau style. Dans le menu déroulant Balise sélectionnez h2 et dans le champ Class tapez toto. Cliquer sur OK pour valider.

2. L’export pour le Web

Allez dans le menu Fichier -> Exporter… et dans le menu déroulant Type, sélectionnez HTML. Cliquer sur Enregistrer pour valider.

Une nouvelle boite de dialogue appelé Option d’exportation XHTML propose une série de paramètres. Dans notre exemple, il faut juste s’assurer que dans l’onglet Avancé soit bien coché CSS incorporé, sans cela, inDesign se contente d’exporter notre document avec les balises H1 et H2 sans prendre en considération la mise en forme telle que la couleur et la taille du texte ainsi que les class.

Nota : si des images figures dans votre document et qu’elles doivent être elles aussi exportées dans le fichier HTML, allez dans l’onglet Image et changez la résolution qui doit être de 150ppp à 75ppp. Pour le Web 75ppp est amplement suffisant.

CSS3PS, un outil permettant de transformer du PSD en CSS3!

Un logiciel pour transformer un fichier photoshop en Css.

La venue du CSS3 a permis de faire avancer beaucoup de chose et de simplifier la vie des codeurs, et surtout celle des assembleurs! La création d’une DIV associé à un bout de css est désormais plus facile depuis que les navigateurs interprètent le CSS3. Plus besoin d’allier des bouts d’images pour faire un recoin, plus besoin de faire un fichier psd en repeat x pour faire un beau dégradé.

L’évolution va donc vers le maximum d’intégration CSS, afin d’éviter les allers retour en Photoshop et sa feuille de code.

Mais si Photoshop offre du perfectible au niveau graphique, le problème reste le poids des fichiers et la nécessité de sur-optimiser ces derniers pour ne pas être pénaliser au niveau du SEO.

Dès lors, les formations sur la questions poussent et il n’est pas rare de voir des graphistes à la recherche de formations sur le CSS pour apprendre à assembler leur travail et proposer autre chose qu’un résultat en psd ou de petites images en png.

Cette passation d’arme entre photoshop et le CSS3 pour le “petites choses” témoignent en réalité d’une évolution forte du CSS3 qui n’est plus fait que pour les codeurs.

CSS3PS, vous permettra d’ailleurs de transformer un PSD en CSS3, pour simplifier les petites actions et gagner du temps en ayant un visuel codable.

Il s’agit d’un plugin à installer sur photoshop, ce dernier prendra alors une place discrète au bas droit de votre feuille.

Après avoir éditer vos calques, entre autres ceux que vous souhaitez transformer en CSS, il suffit de les sélectionner et de cliquer sur le boutton CSS3PS qui apparaît sur Photoshop après avoir installer le plugin.

Vous aurez alors une fenêtre qui s’ouvre avec un paragraphe par calques, correspondant au code CSS que vous n’aurez plus qu’à intégrer.

Pour les puristes du CSS, vous pourrez évidement faire les corrections et les ajustements si vous trouvez que certaines lignes sont trop lourdes ou mal écrites, mais vous pourrez voir que le résultats est particulièrement étonnant.

De même, au delà de la transformation d’un objet à intégrer pour la création d’un site, c’est aussi un outil formidable pour “traduire” un pensée graphique. C’est le cahier de brouillon du CSS permettant de visualiser votre pensée et la mettre en forme avec moins d’efforts.